2 Commentaires

Les Wisigoths dans l’Album Louis-Philippe

« Qu’est-ce que l’Album Louis-Philippe a à voir avec les Wisigoths? », c’est sans doute la première question que vous vous posez.

Agila Ier vu sous différents angles par l'Album Louis-Philippe, Domaine et Château de Versailles

Agila Ier vu sous différents angles par l’Album Louis-Philippe, Domaine et Château de Versailles

En réalité, Louis-Philippe, roi de France de 1830 à 1848 est un passionné d’histoire de France : il crée le musée dédié à toutes les gloires de la France de Versailles en 1837 mais a également constitué, pendant près de 25 ans (de 1825 à 1848), « la plus belle collection de portraits gravés qui existât au monde ». Et c’est cette collection, de plus de 16 000 portraits gravés ordonnés par règnes et Etats qui nous intéresse ici. Parce que reprenant l’Histoire de France, Louis-Philippe n’en oublia pas pour autant nos « Wisigoths » : Agila Ier, Alaric II, Amalarix, Athanagild Ier, Chindaswinth, Chintila, Théodoric II, Egica, Ervige, Euric, … Et souvent, sous diverses formes, de la médaille au portrait en buste!

Théodoric II vu sous différents angles par l'Album Louis-Philippe, Domaine et Château de Versailles

Théodoric II vu sous différents angles par l’Album Louis-Philippe, Domaine et Château de Versailles

En 1948, le Château de Versailles a acquis cet « Album ». Il est d’une grande qualité et d’une immense ampleur : la série couvre une vaste période, de Pharamond, premier roi légendaire de la dynastie mérovingienne, à Louis-Philippe lui-même. Cet ensemble est donc remarquable ; son ambition historique l’emporte sur les qualités artistiques mais c’est un indice certain de la vision qu’avait le XIXème siècle des anciens rois de France.

Publicités

2 commentaires sur “Les Wisigoths dans l’Album Louis-Philippe

  1. Sont-ce des portraits commandés par Louis-Philippe ou juste collectés (ou les 2, commandant les portraits manquants comme il l’a fait pour les tableaux) ? Et de quoi s’inspirent-ils généralement? (intailles antiques par exemple, juste visions d’artistes?)
    merci!!

    • Ce sont des portraits commandés par Louis-Philippe qui s’intéresse à l’époque particulièrement à l’histoire de France, en lien avec le Musée à toute les Gloires de la France inauguré en 1837.
      Quant à l’iconographie, je ne serai que dire : la majorité des portraits reprennent le format classique des médailles avec le visage de profil ou le buste à l’antique mais je ne pourrais certifier que les représentations s’inspirent de portraits réels.
      Affaire à suivre donc!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s